Accueil > Critiques > (...) > Culture

Apologies médiatiques : Bienvenue chez Moix

par Thibault Roques,

L’« affaire Moix » offre une nouvelle occasion de mesurer la rectitude et l’indépendance qui règnent dans le landerneau médiatico-culturel. Dans le grand monde des petites vertus littéraires, comment quelqu’un dont les abjections sont à ce point avérées et durables peut-il continuer de se répandre si fréquemment dans les médias, plus encore, même, qu’avant la divulgation de ses écrits et dessins racistes et antisémites ?

C’est que le sulfureux Rastignac ne manque pas de soutiens dans les lettres françaises. Rappelons d’abord que Grasset, éditeur de notre écrivain meurtri, est composé d’un triumvirat Olivier Nora - Jean-Paul Enthoven - Bernard-Henri Lévy, lequel n’a pas tardé à réagir aux récentes révélations. Le premier, dans une audacieuse tentative d’euphémisation, n’a pas voulu s’épancher au sujet de caricatures parues jadis dans un « fanzine lycéen lu par quinze personnes ». Le second en revanche, mi-exalté, mi-nostalgique, n’a pu se contenir : « Je l’ai beaucoup aimé, il est fou mais c’est l’écrivain le plus talentueux que j’aie publié. »

Quant au troisième, il s’est fendu d’un de ses poignants bloc-notes. Yann Moix y a promptement répondu au micro de l’émission « Signes des temps », diffusée sur France Culture, et animée par un autre ami, Marc Weitzmann, à qui il a fait un aveu : « On se dit tout Marc, on se connaît bien ; en tout cas, Marc, de moi à vous, je vous estime. Véritablement, vous le savez. » Et de poursuivre, cette fois-ci au sujet de BHL, autre compagnon de route : « Je suis bouleversé par la réaction de Bernard-Henri Lévy… Je suis allé voir Bernard pour lui proposer des manuscrits. Je dis Bernard car Bernard est un ami. »

C’est que préalablement, dans une émouvante confession – certes un peu gênante – Yann Moix venait en effet de reconnaître que : « 1989 (…) était pour moi mon année noire, mais il est vrai aussi que quand j’étais adolescent, j’avais lu l’intégralité de l’œuvre de Bernard-Henri Lévy que je connaissais quasiment par cœur ; je recopiais des passages de La Barbarie à visage humain que je mettais dans des copies de bac ou de philo. J’avais été extrêmement intéressé par L’Idéologie française et quand il est sorti – j’avais 13 ans – je le lisais à 14-15 ans. Je me suis même mis à lui ressembler à un moment donné de ma vie, je voulais mettre les mêmes chemises. » Quand BHL évoquait les « errements passés » de son protégé, il ne croyait pas si bien dire…

Fort heureusement, la veille de son passage sur France Culture, Yann Moix avait également pu compter sur Laurent Ruquier, son ex-employeur, et ses deux chroniqueurs du jour, Adèle Van Reeth et Franz-Olivier Giesbert, pour lui dérouler complaisamment le tapis rouge sur une chaîne de télévision publique, afin qu’il puisse se repentir à son aise. Privilège d’entre-soi, du reste, totalement assumé par la productrice de l’émission « On n’est pas couché » mais également de… « Chez Moix », animée par l’intéressé sur Paris Première en 2018. Le 29 août, Catherine Barma répondait en effet à Sonia Devillers au sujet de la possible « mise en danger » de « Chez Moix » : « Au moment où je vous parle, pas du tout. Jusqu’à présent, il est très apprécié. Yann Moix est une personnalité particulière, c’est incontestable, c’est quelqu’un qui a un grand talent. […] Il est courageux, il l’a prouvé, je pense qu’il s’en expliquera. » Bilan des courses : l’émission ne sera finalement pas reconduite, et Yann Moix décidera en son âme et conscience de « mettre un terme » à la promotion de son dernier opus, « choisissant de se mettre en retrait des médias ». Jusqu’à quand ?


Thibault Roques

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Voir aussi...

A la une

Google et compagnie : main basse sur l’information

Retour sur les nouvelles formes de collusion entre géants du numérique et médias.

Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires

Une tribune de Rapports de force en soutien au journaliste Guillaume Bernard.

Dupont de Ligonnès. Jour 2 : l’autocritique médiatique n’aura pas lieu

Quand le « décodage » remplace l‘autocritique.