Accueil > Critiques > (...) > Médias et histoire

« Laissez-vous guider » (France 2) : la balade réactionnaire de Bern et Deutsch dans le Paris révolutionnaire

par Christophe Naudin, Guillaume Lancereau, Manon Bril,

Le 2 mai en première partie de soirée, France 2 diffusait le second numéro de « Laissez-vous guider », la dernière émission grand public de France 2, animée (et produite) par Stéphane Bern et Lorànt Deutsch [1]. À grands renforts d’effets spéciaux, cette émission a été l’occasion pour les deux « historiens de garde » de revisiter la Révolution française en multipliant les imprécisions et les points de vue biaisés dont ils sont coutumiers.

Avant d’évoquer ce nouveau numéro de « Laissez-vous guider », il est intéressant de revenir sur le choix, de la part de France 2, de laisser les clés d’une nouvelle émission historique à deux figures médiatiques aux accointances monarchistes, Stéphane Bern et Lorànt Deutsch.


Le choix de France 2 : la Révolution racontée par deux monarchistes médiatiques


À commencer par Stéphane Bern. L’animateur n’a jamais caché ses sympathies royalistes [2] ; son émission « Secrets d’histoire » consiste d’ailleurs, la plupart du temps, en un éloge des têtes couronnées – l’histoire du peuple n’intéressant pas le public, selon Bern lui-même [3]. Cet épisode de « Laissez-vous guider » se présente lui-même comme un passage en revue de l’histoire révolutionnaire, « de la prise de la Bastille où tout a commencé, à la place de la Concorde qui a vu l’exécution du roi de France » – et où, laisse-t-on entendre, tout aurait fini !

Lorànt Deutsch défend lui aussi la monarchie, et sa vision de la Révolution interroge [4]. En 2011, il déclare dans Le Figaro TV magazine que le moment révolutionnaire met « fin à notre civilisation », et déplore un événement qui aurait « coupé la tête à nos racines ». Dans Métronome, il se montre particulièrement virulent au sujet de cette période historique, insistant beaucoup sur la violence du peuple en Révolution, sur les mensonges des révolutionnaires, et sur les prétendues destructions de patrimoine. Lorànt Deutsch est également un fervent partisan de la théorie du génocide vendéen, notamment relayée dans les grands médias par l’intermédiaire d’un éditorialiste tel qu’Éric Brunet ; un récit idéologiquement marqué et caractéristique d’une droite catholique, traditionaliste et contre-révolutionnaire [5].

On peut difficilement croire que France Télévisions ignorait le caractère idéologique des productions de Stéphane Bern et Lorànt Deutsch. Une explication possible à ce choix est celle d’une logique d’audience : les deux animateurs bénéficieraient d’une image de vulgarisateurs à même de « passionner » les spectateurs – ne sont-ils pas eux-mêmes « deux grands passionnés d’histoire et de patrimoine », comme l’annonce l’émission dès ses premières secondes ? Pourtant, les succès d’audience sont loin d’être toujours au rendez-vous pour les deux « historiens de garde ».

Diffusé sur France 2 le 27 mars 2018, le premier numéro de « Laissez-vous guider », consacré à Paris et Marseille, n’avait guère convaincu, n’attirant que 2,4 millions de téléspectateurs pour 10,4 % de parts de marché. Un résultat en demi-teinte, provoquant d’ailleurs un recentrage de l’émission sur Paris. Le concept de départ était une balade entre deux villes françaises. Pour expliquer la faible audience, Lorànt Deutsch affirme dans une interview que la première émission aurait perturbé le public, précisément parce qu’elle se passait dans deux villes. Une analyse qui se passe de commentaire !

Toujours est-il que si les émissions de Stéphane Bern continuent de bien « fonctionner », l’image d’éternel ado sympa de Lorànt Deutsch semble un peu ternie depuis quelques temps. Il y a d’abord eu les polémiques autour de Métronome. Le comédien a été vilipendé pour sa vision partisane de l’histoire. Il a répondu en tentant de discréditer les historiens critiques, les accusant d’être des idéologues. Puis, fin 2013, son approche de la bataille de Poitiers, dans son livre Hexagone pose à nouveau question [6]. Enfin, trois ans plus tard, le site Buzzfeed enquête sur un vrai-faux compte Twitter (et Facebook) dans lequel le comédien, ou quelqu’un se faisant passer pour lui, attaque violemment ses adversaires [7].

Ces polémiques, ainsi que les ventes un peu décevantes d’Hexagone et même Métronome 2, ont contribué à une relative perte de vitesse du comédien. Parallèlement à la sortie d’un ouvrage sur la langue française (Romanesque), qui lui vaut également une (nouvelle) petite polémique [8], de nouveaux procès en incompétence (et toujours beaucoup de promo télé), le comédien lance fin 2018 sa chaine Youtube, « À toute berzingue », dont le concept de départ est d’apprendre l’histoire des principales villes de France en cinq minutes [9]. Chaîne qui compte, à ce jour, un peu plus de 3000 abonnés, ce qui reste incroyablement anecdotique, si l’on compare ce chiffre aux ventes de livres du comédien, et surtout aux principales chaines Youtube spécialisées dans l’histoire [10] !

Et pourtant… Comme dans le cas de BHL, ces différents signes n’empêchent pas les grands médias et les cercles du pouvoir de continuer à maintenir les deux bons clients de la télé sous respiration artificielle. En les consacrant comme les deux chargés a priori des sujets d’histoire, mais également en entretenant leur capital symbolique à grand renfort de prix, et autres reconnaissances institutionnelles. Ainsi Stéphane Bern fut-il consacré officiellement par Emmanuel Macron, qui l’a nommé à la tête d’une « Mission patrimoine » en novembre 2017. Par ailleurs, l’Institut de France, qui fait office depuis le 19ème siècle d’instance de validation de la production historique anecdotique, a ajouté sa propre consécration à la « Fondation Stéphane Bern pour l’histoire et le patrimoine ». Cette structure créée en 2016 récompense ainsi chaque année des ouvrages ou initiatives en faveur du patrimoine au moyen de deux prix, de 5 000 et 25 000 euros, somme bien rondelette en ces temps de disette imposée des universités publiques où s’enseigne l’histoire ! Le tout agrémenté d’une médaille à l’effigie de l’animateur-producteur, prouvant une fois de plus que le ridicule ne tue pas les tenants du pouvoir médiatique.


Polémiques médiatiques


Autre explication du choix de France 2 : les deux animateurs proposant à la fois un récit simpliste et polémique de la Révolution française à Paris, ils ne manqueront pas de faire parler de l’émission, créer un buzz et apporter de l’audience. Et de fait, les réactions n’ont pas manqué. Dans les médias et sur les réseaux sociaux plus encore, des historiens et historiennes, des vulgarisateurs et vulgarisatrices d’histoire, mais aussi des politiques, ont finalement choisi d’interpeller France Télévisions, et de s’étonner publiquement de ce choix. Dans L’Express par exemple, Jean-Christophe Piot exprime « une méfiance de principe », craignant que la Révolution ne soit résumée à ses « aspects noirs et d’en oublier ce qui en est resté d’un peu plus positif ». Dans le même article, l’historienne Mathilde Larrère, également très active sur les réseaux sociaux, déplore le choix de France Télévisions, service public, alors que d’autres historiens étaient tout à fait capables de raconter cette période. Surtout, elle voudrait que France Télévisions annonce clairement le « biais monarchiste » des deux animateurs, par honnêteté pour le public, alors que Guillaume Mazeau, historien spécialiste de la Révolution, regrette le « monopole » de Bern et Deutsch sur l’histoire à la télévision publique [11].

Comme à leur habitude, Stéphane Bern et Lorànt Deutsch ont répondu en se défendant d’être des historiens, mais uniquement des « conteurs » : Bern se présente même en « visiteur un peu naïf », réduisant les critiques à des « donneurs de leçons », tout en s’estimant victime de… « procès en sorcellerie » ! Le discours de Stéphane Bern joue sur l’ambiguïté de ce type de programme, prétendant notamment qu’il ne s’agit pas d’une émission d’histoire, mais d’« une émission de patrimoine » [12]. Pratique !


Une émission « d’histoire-entertainment »


Sur le fond, l’émission a été critiquée avant [13], pendant et après sa diffusion [14]. L’une des principales critiques porte sur l’éclatement de la chronologie, qui ne permet pas de comprendre l’enchainement des événements, et fait perdre toute cohérence. Pour Bern et Deutsch, « tout commence à la Bastille », oubliant par exemple les États Généraux ou le Serment du Jeu de Paume. L’omission apparaît assez amusante quand on sait que les historiens de garde, et les conservateurs en général (notamment le ministre de l’Éducation nationale) se plaignent régulièrement de « la fin de la chronologie » dans l’histoire scolaire…

Vient ensuite l’absence du peuple, ce que remarque en particulier Sophie Wahnich [15]. Selon elle, « de ce qui fait de la révolution un événement politique populaire, on ne saura rien. Le peuple comme acteur politique doué de liberté est absenté ». L’historienne relève également « un tropisme royaliste et contre-révolutionnaire », avec l’insistance sur l’émotion au moment d’évoquer le sort du couple royal, leurs conditions de détention « épouvantables », la supposée cruauté de Marat ou la fin de Louis XVI, annoncée par une musique des plus dramatiques. Les autres critiques pointent pêle-mêle des erreurs factuelles, des idées reçues, l’absence d’historiens spécialistes (les intervenants, simplement désignés comme « historiens », sont le plus souvent conférenciers ou consultants en histoire, et par ailleurs habitués de l’émission de Bern, « Secrets d’histoire »), et l’aspect entertainment d’un produit marketing qui réduit l’histoire à des anecdotes et des reconstitutions 3D spectaculaires [16].

Quel bilan tirer de tout cela ? On peut, pour commencer, s’étonner du choix de France 2 de confier une émission sur la Révolution française à deux monarchistes sans que rien n’en soit dit aux téléspectateurs. Un choix dont on peut gager qu’il s’explique par des logiques d’audience anticipée... quoiqu’en grande partie démenties par la réalité des chiffres [17].

Il semble ainsi qu’il ne soit pas possible, pour France 2, d’envisager de se passer de ses « historiens de garde » patentés, devenus de véritables entrepreneurs médiatiques. Pourtant, le succès des émissions de vulgarisation historique sur Youtube par exemple, montre que d’autres émissions d’histoire, sérieuses, sourcées et néanmoins divertissantes, sont possibles. Mais tout porte à croire qu’il demeure une cloison entre deux mondes : la télévision d’une part, internet et les réseaux sociaux d’autre part, ainsi que leurs publics respectifs. En témoigne le faible nombre d’abonnés à la chaine Youtube de Deutsch. Autre illustration : la polémique sur l’émission n’a été réellement visible que sur le net – Twitter notamment, ou des articles en ligne de journaux. Pas un mot, à notre connaissance, sur les chaines infos ou dans les différents talkshows à succès. Ni même d’ailleurs à la radio.


***


La télévision demeure encore le principal média et le plus regardé. Un média qui continue d’être la chasse gardée des « historiens de garde », particulièrement dans le cas du service public. Cette situation conduit à arroger un quasi-monopole à des discours conservateurs et réactionnaires sur l’histoire, au mépris du pluralisme. Au-delà de la critique nécessaire des « historiens de garde », de leur position de pouvoir dans les champs médiatique et politique, et de leur production éditoriale, c’est bien cette captation des savoirs, d’autant plus contestable qu’elle concerne l’audiovisuel public, qu’il convient inlassablement de remettre en cause.


Christophe Naudin, Guillaume Lancereau et Manon Bril

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1L’émission est produite par Prod et Compagnie, Morgane Production, Carpo 16 (la boîte de production de Lorànt Deutsch) et Kisayang (celle de Stéphane Bern).

[3Lors d’un passage à l’émission « Médias le Magazine » (France 5), 19 mai 2013.

[4« J’ai des sympathies, je ne m’en cache pas, pour la monarchie, a-t-il reconnu. Mais en tant que démocrate  ! Comme tous les démocrates, je m’intéresse aux meilleurs systèmes politiques possibles. Et il se trouve que les pays d’Europe où on a la sensation que la démocratie s’exprime le mieux, c’est systématiquement dans les monarchies du Nord, à savoir des monarchies parlementaires », affirme-t-il dans un entretien à Voici (2/05/2019).

[5Jean-Clément Martin, La Vendée de la mémoire, Paris, Seuil 1989 ; ou encore du même Jean-Clément Martin, « La Vendée dans la mémoire des droites », dans Jean-François Sirinelli (dir.), Histoire des droites en France, Paris, Gallimard, 1992, tome II, p. 437-469. À ce sujet, voir à nouveau Les historiens de garde, Libertalia, 2016.

[7Lire « Insultes, menaces : les mystérieux tweets cachés de Lorànt Deutsch » sur le site de Buzzfeed.

[8Notamment lorsque le comédien argua de la présence de 600 mots d’arabe dans la langue française actuelle pour en conclure qu’il ne voyait « aucun intérêt » à enseigner l’arabe à l’école !.

[9À noter qu’une des émissions de cette chaîne, dédiée à Genève, a également « fait polémique » et surtout… déclenché les rires de nos voisins helvètes à cause de plusieurs erreurs grossières. Lorànt Deutsch a même été obligé de faire une mise au point sur sa chaine Youtube, remerciant au passage les 1500 abonnés qui le suivent… La démarche des deux stars médiatiques a également récemment inspiré à l’historien Laurent Turcot une parodie appliquée au cas de Montréal, intitulée « Secrets de Montréal », un épisode diffusé sur sa chaîne Youtube « L’histoire nous le dira ».

[10La principale chaine française Youtube d’histoire, « Nota Bene », compte plus de 900 000 abonnés.

[11Côté politiques, comme ce fut le cas lors de la sortie de Métronome, c’est le député de la France insoumise, Alexis Corbière, qui est monté au créneau, en dénonçant le « biais idéologique » de l’émission. Le jour même de l’émission, Jean-Luc Mélenchon y est allé lui aussi de son tweet, estimant que les « deux royalistes pas même historiens défigurent la glorieuse révolution qui a créé le peuple français ».

[12Voir à nouveau cet article de L’Express.

[13L’historienne Sophie Wahnich, notamment, a pu y avoir accès.

[14Voir, par exemple, l’émission d’Arrêt sur images à ce sujet.

[15Les citations qui suivent sont extraites de l’article des Inrockuptibles (30/04/19), « On a fait regarder l’émission de Stéphane Bern et Lorànt Deutsch sur la Révolution française à une historienne ».

[16Au passage, nombre d’historiens attachés à une vraie démocratisation des savoirs n’ont clairement pas de tels moyens à disposition !

[17S’ils ne sont pas nuls, les résultats d’audience restent en effet en demi-teinte. Le lendemain de l’émission, France 2 s’est félicité, dans un tweet, du bon score de l’émission. Pourtant, si la part de marché est un peu meilleure que lors du premier épisode (12,1 % contre 10,4 %), le nombre de spectateurs n’a pas évolué de manière extraordinaire, passant de 2,4 à 2,5 millions. La polémique a-t-elle vraiment contribué à faire gagner 100 000 curieux ? Ce n’est en tout cas pas spectaculaire…

A la une

Médias et élections présidentielles, par Mathias Reymond (vidéo)

Présentation et débat autour du livre « Au nom de la démocratie, votez bien ! »

Apologies médiatiques : Bienvenue chez Moix

Passe-droits et connivences dans le landerneau médiatique.

Salaires des profs : le grand n’importe quoi médiatique

Retour sur un cas exemplaire d’instrumentalisation de chiffres « officiels »